Arts, Sorties

Ben Howard à Montréal : un concert atmosphérique

C’est par un soir de 6 octobre frisquet que s’est produit Ben Howard au Centre Bell. Bien qu’il n’en fût pas à son premier passage dans la métropole, il bénéficiait pour la première fois d’un si vaste public. Tu as malheureusement manqué ce spectacle? Pas de trouble, je suis là pour te raconter!

Après une première partie assurée par Wye Oak, Howard arrive devant le public vers 21h15. Assis sur un banc, sa guitare en main, il entame son périple musical avec la pièce A Boat to an Island on the Wall. Sa voix ne tarde pas à charmer et remplit l’espace autour de lui, bien qu’on remarque le décor assez simple, composé d’éclairage montant et descendant et d’une toile sur laquelle sont projetées des images tout au long du spectacle.

L’artiste britannique enchaîne plusieurs morceaux tels que Agatha’s Song, Nica Libres at Dusk, Untitled et The Defeat avant de s’adresser pour la première fois à ses milliers de spectateurs, avec un simple «Thank you very much!». D’ailleurs, contrairement à beaucoup d’autres artistes de la chanson, celui-ci ne parle presque jamais entre les siennes. Bien que toutes ses pièces soient assez longues (souvent de cinq à sept minutes), il les enchaîne plutôt rapidement, en insérant de courtes mélodies transitionnelles entre chacune d’elles.

Crédit photo : Page Facebook officielle de l’artiste

Tout au long du concert, Howard semble miser sur l’atmosphère qu’il crée. Il ne s’explique, ne se justifie pas ; c’est le genre d’artiste qui te laisse te faire ta propre idée. Chanson après chanson, il gagne son public, silencieux et attentif. On a l’impression de vivre un voyage musical plutôt qu’un spectacle comme les autres. Les paroles, souvent très poétiques, s’harmonisent parfaitement avec la musique douce mais percutante, jouée par une dizaine de musiciens sur scène. Voilà une belle découverte : tu as l’impression que Ben Howard est un de ceux qui chantent la pomme seuls avec leur guitare? C’est le contraire! En effet, il est accompagné de plusieurs autres instruments, de la batterie jusqu’au violon.

Après une douzaine de chansons, tous les musiciens sortent de scène, pour revenir en rappel avec Another Friday Night et Hot Heavy Summer. Le public est conquis, tout comme l’artiste : il quitte le sourire aux lèvres, en remerciant la foule plusieurs fois, même en français. Un petit «Merci beaucoup!» avec un français cassé, ça fait toujours plaisir, non? Seul bémol : plusieurs sortent déçus de ne pas avoir entendu leurs chansons préférées. Effectivement, les lumières se rallument sans avoir eu droit à une interprétation des plus grands succès tels que Keep Your Head Up, Only Love ou encore Old Pine, au grand désarroi de ceux qui connaissent moins les morceaux plus récents. Malgré ce hic pour certains, tous sortent ravis de cette odyssée toute en musique.

Si tu ne connais pas ou peu cet artiste, je t’invite à aller parcourir sa discographie dès maintenant. Parfait pour une petite séance d’étude ou un trajet d’autobus!

Crédit photo à la une : Page Facebook officielle de l’artiste
Étudiante en communications, j'ai les deux pieds dans le milieu culturel depuis bien longtemps. La fille qui écoute toujours de la musique, qui est partante pour aller dans tous les événements et qui trippe sur beaucoup trop de séries? C'est moi! J'ai aussi bien d'autres petites passions, du magasinage jusqu'au café!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *