Être adulte : on nous a menti

Lorsque je repense à mon enfance, je me souviens que je voulais constamment faire de mon mieux. Comme si un échec ou un écart de conduite allait me faire filer droit vers la débandade. Comme si je ne pouvais pas me permettre de décevoir les autres. En tentant de rester constamment à l’intérieur d’un cadre que je me suis moi-même imposé, j’ai ainsi repoussé le jour où j’allais réellement me trouver. Ça m’a pris des années.

Puis, j’ai compris qu’on nous avait menti. J’ai su que la pression que j’avais un jour ressentie alors que je me poussais à exceller ne me protégerait pas contre les tempêtes que je devrais inévitablement traverser. J’ai su que ma volonté à performer n’allait pas me garantir une stabilité ou une sécurité, parce que de toute façon, rien n’est jamais gagné. J’ai su que la perception des gens ne changerait rien au bien-être que j’éprouverais si je ne le trouvais pas d’abord en moi. Ça m’a pris des années.

Je me suis cherchée. Je suis restée longtemps à l’université. J’ai démissionné. J’ai gradué. Je me suis réorientée. J’ai déménagé. De ville, mais aussi de mentalité. Ça m’a pris des années. Puis, j’ai compris qu’on nous avait menti…ou peut-être pas donné tous les outils. Une carrière, ce n’est pas tout ce qui compte. Recevoir des payes, ce n’est pas gage d’un épanouissement professionnel.

J’ai envie de te dire que c’est correct de se tromper. Que c’est correct de repenser. Que c’est correct de vouloir être reconnu(e) et apprécié(e), dans ton milieu de travail comme dans ta vie en général. Que c’est correct de souhaiter se sentir respecté(e) et véritablement valorisé(e).

J’ai changé de domaine d’emploi, mais j’aurais voulu enseigner une toute dernière chose à mes élèves. J’aurais voulu leur rappeler qu’un 50% sur un bout de papier est loin d’être synonyme de rêves brisés. Qu’il y a autant de définitions du mot « réussite » que d’êtres humains dans une même classe et sur une même terre. Que l’échec fait partie du processus et qu’il n’y a pas de quoi s’en faire. Qu’il y a tellement de possibilités à explorer avant de se trouver.

J’espère que ça ne prendra pas des années avant qu’ils sachent la vérité.

Crédit image à la une: Baim Hanif sur Unsplash

Evelyne Chevrettehttp://lespaceurbain.com
Je me laisse inspirer par les humains qui croisent ma route et les expériences qui me servent de références. Des fois, ça donne des petits textes cutes. Je prends plaisir à vous les partager, un matcha à la main et la caboche pleine de rêves.

À lire ensuite

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here