Menu
Bien-être / Style de vie

Les Trappeuses, mon nouveau buzz écolo

Ça faisait déjà un moment que ça piquait ma curiosité, mais je n’avais jamais osé l’essayer. Je parcourais depuis quelques mois le site Web Les trappeuses, d’une esthétique impeccable soit dit en passant, et je me disais qu’il proposait de très bonnes idées. Je me suis donc informée un peu plus sur cette entreprise.

Les trappeuses, c’est le projet de 3 femmes qui, en 2014, ont décidé de mettre sur pied un projet pour encourager les gens à adopter des gestes plus responsables quant à leur consommation, notamment en leur enseignant à fabriquer leurs propres cosmétiques et produits nettoyants. Plus concrètement, Les trappeuses, c’est un site Web (incluant un blogue, des ateliers et de multiples recettes), un livre, une boutique en ligne et une boutique située à Montréal. Exactement le genre d’initiative dont on a besoin en 2020 !

Je suis toujours emballée à l’idée d’encourager et de découvrir une entreprise de chez nous avec de belles valeurs, j’ai donc décidé de me lancer. Comme je n’avais aucun produit de base chez moi, j’ai d’abord opté pour quelque chose de simple, nécessitant peu d’ingrédients. Je me sentais un peu intimidée, jusqu’ à ce que je réalise que je pouvais me procurer tous les produits nécessaires à même la boutique en ligne Les Mauvaises Herbes. Pour un premier essai, mon dévolu s’est jeté sur les chandelles parfumées qui ont toujours été pour moi un symbole du réconfort et du souci de prendre soin de soi. Me voilà donc prête: cire, mèches de bois et huile de sapin baumier, prête à concrétiser ce projet. Je cuisine souvent, mais c’était la première fois que j’essayais ce genre de projet et ceux qui me connaissent peuvent imaginer que, quoi bien emballée, j’étais un peu anxieuse à l’idée de me lancer. 

Je dois dire que la recette proposée sur le site Les Trappeuses est très détaillée et très simple à suivre et je me suis vite rendue compte que rien de tout cela n’était sorcier. Pratiquement n’importe quel contenant peut être utilisé et la quantité de cire à faire fondre peut être calculée à partir d’une formule bien simple. Au bout du compte, le processus se limite à faire fondre la cire et, lorsqu’elle a refroidi, y ajouter l’huile essentielle. Ensuite, lorsqu’elle commence à devenir opaque, la verser dans les contenants. Tadam ! Me voilà avec de belles chandelles maison qui embaument le salon et l’envie de tenter d’autres projets. Je me suis dit que ça serait d’ailleurs le genre d’activité à faire avec des enfants. Il s’agit d’un projet qui peut vite devenir coûteux, puisque les ingrédients utilisés sont de bonne qualité (cire de soya pure, sans OGM ni additifs, huiles essentielles), mais le résultat en vaut la peine, que ce soit du point de vue écologique ou artistique. 

À la suite de cette première expérience positive, j’ai pris la peine de parcourir un peu plus le site Web et je me suis procurée divers produits de base, de quoi essayer prochainement un nouveau projet. Je vous encourage donc à tenter l’expérience à votre tour. Il y en a pour tous les goûts ! Profitons des froides journées d’hiver pour se lancer dans de nouveaux passe-temps tout en encourageant l’économie locale.


About Author

Femme multifacettes valsant entre son quotidien de pharmacienne en psychiatrie rigoureuse et son besoin criant de communiquer, de dire, d’expliquer, de partager toutes les petites choses, toutes les bulles qui lui passent par la tête. Jeune femme révoltée aux multiples intérêts: fan de musique, de peinture, de lecture, de danse, mais aussi foodie avouée, gourmande et curieuse. J’aime sortir de ma zone de confort et foncer vers les opportunités de rencontrer des gens ouverts d’esprits, passionnés, colorés.

No Comments

    Leave a Reply