Menu
Girltalk

Ma définition du lâcher-prise

J’ignore à quel âge on arrive à ce point tournant, à ce moment où on réalise qu’on ne sera pas éternellement un jeune adulte à l’énergie inépuisable. Les cheveux blancs, tout comme la volonté de prendre les bonnes décisions, prennent le dessus sur la paire de running shoes ou le cell pour lesquels on économisait autrefois.

J’ignore à quel âge on cesse de nourrir l’envie de tout contrôler pour la remplacer par l’envie de plus apprécier. Chose (quasi) certaine; le mot « lâcher-prise » fait éventuellement son apparition dans notre dictionnaire personnel et on tente d’en parfaire notre propre définition.

J’ignore à quel âge on arrête d’être incertain face à nos choix pour débuter le processus qui nous amènera à en être satisfait. En fait, j’ai l’impression qu’on est en constante recherche identitaire, peu importe le nombre indiqué au compteur de ce complexe appareil qu’est le corps humain. On veut prendre davantage le temps, parce qu’on a conscience qu’on y fera un jour référence au passé. On veut se sentir accompli, parce que c’est un peu ça le but de la vie?

Les pôles négatif/positif s’entrechoquent de la même façon que nos priorités s’opposent. Prendre soin de soi, mais aussi des autres. Avoir un bon boulot, mais ne pas faire de l’argent notre préoccupation principale. Être autonome financièrement, mais être libre de partir lorsqu’on le désire. On tend vers cet équilibre, en cherchant à éviter la panne, tout en ralentissant le courant. Somme toute, je pense qu’on a besoin de recharger nos batteries et de laisser la lumière s’infiltrer autrement que par nos bris permanents, souvenirs des instants d’avant.

La voilà, ma propre définition. Elle changera peut-être avec l’âge.

Pis la tienne?

About Author

Je me laisse inspirer par les humains qui croisent ma route et les expériences qui me servent de références. Des fois, ça donne des petits textes cutes. Je prends plaisir à vous les partager, un matcha à la main et la caboche pleine de rêves.

No Comments

    Leave a Reply