Menu
Girltalk

Se sortir d’une relation avec un narcissique pervers manipulateur

Tu crois que ça n’arrive qu’aux autres. Que tu es trop forte pour ça. Que les signes tu les connais. Que tu as eu des exemples qui te permettent d’éviter ça. Jusqu’à ce que ça t’arrive.

Tu te dis que jamais tu n’auras ce type de relation. Que tu n’accepteras jamais une telle ou telle chose, que tu connais tes limites. Jusqu’à ce que ça t’arrive.

Tu te dis que tu sauras quoi faire si ça t’arrive. Que tu as les outils, que tu verras les red flags sans problème et mettra un stop à tout ça. Jusqu’à ce que ça t’arrive.

Tu te dis que t’as été assez bien préparé pour éviter ça. Que t’as vu tes ami(e)s le vivre et que ça te permettra de t’en éloigner. Jusqu’à ce que ça t’arrive.

Puis, ça t’arrive pour vrai. Pis tout ce que tu croyais prend le bord. T’es aveuglée par les grands mots et grandes attentions. Par les belles déclarations d’amour et les beaux gestes qui te sont portés.

Tu fais des contorsions face à tes limites et tes convictions. Tu en prends sur toi. Tu le protèges.

Pis viens un moment où la fatigue te gagne. Tu plies de plus en plus. Tu le crois même. Tu te dis que c’est vrai que t’as du mauvais caractère, que t’as ben de l’orgueil et que tu es fermée sur une multitude de choses.

Tout ce qu’il dit devient ta vérité ou presque. Mais loin de la réalité. Des gens autour de toi essaient de te lancer des alertes, mais tu ne les vois pas. Tu le protèges. Tu restes dans le déni.

Puis viens un moment où le beau laisse place au laid. Où tu deviens essoufflée jusqu’à ne plus pouvoir penser. Que petit à petit tu perds toute l’estime de toi que tu avais. Par contre, ta force intérieure se débat comme une déchaînée pour que tu ne perdes pas le nord. Pour te sauver.

Tu te disais que ça ne t’arriverait jamais, mais ça t’est arrivé. Ce n’est ni une erreur ni une faiblesse. Tu as fait confiance tout simplement. Tu voulais y croire. Tu as tout donné.

Quel que soit le résultat, tu t’en es sorti. En fait, face à son incapacité à te contrôler pleinement, il s’est tanné et il s’en est allé.

La plus belle chose qu’il a pu te donner, c’est ta liberté. Pas quelle lui appartenait, mais tu lui laissais.

T’es en train de te reconstruire. Brique par brique. Avec un bagage différent. Tu comprends que tu n’as été qu’un dommage collatéral d’une personne ben banale. D’un narcissique pervers et manipulateur.

Texte anonyme

About Author

L'Espace Urbain adore accueillir des rédacteurs le temps d'un article! Si ça t'intéresse de nous partager ton texte, écris-nous à valerie@lespaceurbain.com

No Comments

    Leave a Reply