Menu
Lecture

Dimanche lecture de mars

Le mois de mars est déjà bien entamé et nous revenons encore une fois en force avec 4 nouvelles lectures que nous avons particulièrement aimé et que nous voulions partagé! *Nous ne sommes pas responsable des achats qui pourraient découler de la lecture de cet article (mais quand même un peu…)*

Le fantôme de Suzuko – Vincent Brault

Résumé : L’action se déroule au coeur de Tokyo, entre une galerie d’art contemporain, le fleuve Sumida et le marché aux poissons de Tsukiji. Un Montréalais retourne au Japon, où son amoureuse a disparu dans des circonstances tout à fait singulières. Ainsi commence cette histoire d’amour et de deuil, un récit sur la présence des absents. Dans ce roman sensuel et déroutant se croisent une femme aux paupières incandescentes, un peintre serbe, une taxidermiste, des flamants roses et des corbeaux, une renarde et des chats sans queue.

Mon avis : Ce que j’ai le plus aimé de ce roman est définitivement la plume très poétique de l’auteur. Le style d’écriture est magnifiquement maîtrisé par l’auteur ce qui permet de rendre ce rendu poétique accessible à un large public. Dans ce roman, on sait d’entrer de jeu qu’un drame s’est produit dans la vie du protagoniste, drame que l’on nous révèle tranquillement, à travers des pensées ou des dialogues. Cette formule ajoute, selon moi, un peu de suspens dans un roman qui est avant tout lent et doux. Si ce roman t’intrigue toi aussi, tu peux te le procurer ici.

Fille facile – Josée De Angelis

Résumé : Jeanne aime le sexe et elle ne s’en cache pas. Ce n’est pas que ça la dérange de se faire traiter de fille facile, mais disons que ça n’attire pas les amitiés. Quand elle se retrouve en équipe avec Félix pour un travail d’histoire, celui-ci reste distant et froid. Jeanne le surprend alors avec une proposition un peu risquée. Sans réfléchir, ils s’engagent en terrain glissant. Parfois, lorsque certains gestes sont lourds de conséquences, on ne peut plus revenir en arrière. Dans le même univers que Chimie 501, ce roman relate cette fois la vie de Jeanne, celle que tout le monde considère comme une fille facile.

Mon avis : Enfin! Une auteure qui ose faire un livre dont la protagoniste à une sexualité complètement assumée, tout en ayant une personnalité bien plus profonde que de se définir uniquement par cette sexualité! Même si le livre s’adresse à un public adolescent/jeune adulte, ce n’est absolument pas un livre «niaiseux» et j’ai adooooooré cette lecture même si je ne suis pas le public cible! Je ne peux pas non plus caché que j’ai beaucoup aimé me replonger dans l’univers de Chimie 501, mais ce n’est pas un préalable pour lire Fille facile, les deux romans peuvent se lire l’un sans l’autre.

Tu peux te le procurer ici.

C’est comme ça que je disparais – Mirion Malle

Résumé : « La première fois où j’ai eu le goût de mourir, j’avais genre euh 12 ans ? Mais ça compte pas, ça compte pas celle-là. » Entre un emploi qui lui prend tout son temps et une dépression qui la paralyse, Clara est incapable de terminer le recueil de poésie sur lequel elle travaille. Ses amies tentent de l’aider. Mais ce n’est pas toujours simple de s’ouvrir aux autres et d’expliquer ce que c’est, ce vide qui remplit tout. 

Avis : Une bande-dessinée qui m’a vraiment fait du bien. Mirion Malle parle des troubles anxieux avec doigté et sans préjugé. J’ai beaucoup aimé qu’on normalise le consentement comme demander à quelqu’un avant de le toucher durant une crise d’anxiété. J’ai aimé qu’on normalise le fait de ne pas bien aller sans le banaliser. Tsé, c’est correct si tu as pas le goût de sortir un samedi soir parce que tu as une boule dans le ventre qui ne cesse de grossir. Les mots, les illustrations et le récit forment un tout splendide et touchant. J’ai adoré m’a lecture et je prendrais n’importe quand des romans sensibles et ouverts comme celui-là.

Tu peux te procurer ce livre et encourager une librairie indépendante ici.

Avis rédigé par notre collaboratrice Sandrine*

Invaincus – Kwame Alexander & Kadir Nelson

Résumé : C’est pour les inoubliables. Ceux qui n’ont pas peur. Ceux qui sont invaincus. Dans ce livre à la fois touchant et puissant, l’auteur à succès Kwame Alexander et l’illustrateur Kadir Nelson, récipiendaire de la médaille Caldecott, nous livrent une lettre d’amour mettant à l’honneur l’Amérique noire. Dédié aux invaincus, aux rêveurs et aux survivants, ce poème nous ramène à une époque pas si lointaine de la nôtre, tout en soulignant la force et la bravoure de ceux qui continuent à affronter l’adversité jusqu’à aujourd’hui. Grâce aux illustrations frappantes ainsi qu’au style d’écriture captivant de ce livre, les lecteurs découvriront le cran, la passion et la détermination des plus grands artistes, athlètes et activistes de l’histoire des Noirs. Une oeuvre inspirante, émouvante et tout simplement incontournable!

Avis : Définitivement une oeuvre à ajouter à ta bibliothèque! Un magnifique poème à lire pour les petits et les grands. Malgré que le livre soit classé jeunesse, le message est tout sauf vide et les grands sauront aussi l’apprécié! En plus d’être tombée complètement sous le charme du texte et des messages qu’il transporte, les illustrations ne m’ont pas laissé indifférente! Les images sont tellement accrocheuses qu’on aimerait les regarder encore et encore! À se procurer dans une librairie près de chez vous ou juste ici.

About Author

J'ai découvert grâce à Instagram que j'aimais partager ce que j'aime avec les autres et découvrir leurs coups de coeur par la même occasion et c'est un peu ce qui m'a amené dans cette nouvelle aventure ici. Beauté, lecture, cocooning, food, maquillage... je peux en parler pendant des heures!

No Comments

    Leave a Reply