Réseaux sociaux et curiosité mal placée?

Les médias sociaux sont synonymes de voyeurisme. Est-ce pour autant négatif? C’est à vous d’en juger! D’ailleurs, je vous partage simplement mon avis et mes réflexions, sans pour autant avoir la prétention de détenir la vérité! Il me ferait plaisir d’en jaser avec vous en commentaires.

J’ai abordé le sujet à quelques reprises ici et ailleurs, alors je ne ressens pas vraiment le besoin de justifier mon utilisation des plateformes. Ce n’est pas un secret, j’adore publier et partager avec mes quelques abonnés. C’est peut-être aussi votre cas. Je me questionne cependant sur la notion d’intimité. J’en ai parlé dans l’un de mes précédents articles, mais j’ai l’impression que plusieurs personnes ont récemment pris la décision de quitter Instagram – ou du moins d’en réduire leur utilisation.

Selon moi, les raisons sont plutôt simples; ça ne les rejoint plus à ce stade de leur évolution, elles ressentent le besoin de se retrouver en tant qu’individu(e) et non en tant que créateur(-trice) de contenu, elles veulent être davantage dans le moment présent ou consacrer leur énergie à une autre sphère de leur vie. Je pense notamment à Alexandra Larouche, l’une des pionnières du Youtube québécois; une vraie OG jadis suivie par des milliers de jeunes femmes. Alors qu’elle avait l’habitude d’immortaliser son quotidien, c’est désormais silence radio sur tous ses réseaux (qu’elle n’entretient plus). Devenue maman, elle a sans doute voulu revenir à la source. Je ne la blâme aucunement, au contraire! Et je me permets de supposer sans la connaître. Quelle mauvaise habitude!

Ça m’a amené à réaliser que le regard des autres peut possiblement devenir difficile à gérer. Certains maintiennent ce que j’appelle une « curiosité mal placée », alors qu’ils épient. Lorsque le jugement entre en jeu, il est clair que c’est problématique. Je sais pertinemment qu’il s’agit d’un choix (plus ou moins) conscient d’exposer (un peu, beaucoup ou passionnément) ses histoires, ses buts, ses pensées ou ses photos en ligne. Toutefois, plusieurs ne réalisent pas toujours que c’est un privilège d’y avoir accès.

Je suis donc de plus en plus alerte face à ce que je décide de communiquer. Les paroles s’envolent, mais les écrits et les publications restent, maintenant plus que jamais. Les gens se permettent parfois de t’apposer une étiquette, de te placer dans une catégorie ou de commenter ta vie, comme le feraient de faux amis. À l’occasion, d’anciens refont surface, à moitié cachés sous leur web identité. Ils t’espionnent, pensant passer incognito, mais contrairement à Céline Dion, ils ne sont pas bien dans leur peau.

Les médias sociaux sont synonymes de voyeurisme. Est-ce pour autant négatif? C’est à vous d’en juger!

Crédit image à la une: Priscilla Du Preez sur Unsplash

Evelyne Chevrettehttp://lespaceurbain.com
Je me laisse inspirer par les humains qui croisent ma route et les expériences qui me servent de références. Des fois, ça donne des petits textes cutes. Je prends plaisir à vous les partager, un matcha à la main et la caboche pleine de rêves.

À lire ensuite

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here